prochainement

Libération

Nov 27 2000

Libération

MOÏRA WORLD JAZZY

Nouvelle venue sur le label Cobalt, Moïra avoue deux passions : la musique africaine et le jazz. ça ne pouvait mieux tomber, rien ni personne n’empêchant celles-ci de cohabiter. De retour du Berklee College of Music de Boston, où elle s’en était allée affiner un joli filet de voix que nombre de chanteuses du Massachusetts seraient en droit de lui envier, elle s’est donc contentée d’ajouter la kora du griot gambien Yakhouba Sissokho et le n’goni de Moriba Koïta (deux partenaires épisodiques de Jean-Jacques Avenel, le bassiste préféré de Steve Lacy), à son trio habituel (Bruno Angelini au piano, Alexandre Hiele à la contrebasse, Olivier Petitjean aux percussions) afin de constituer le casting définitif d’Insomnie, son premier CD, qui la voit glisser quelques prometteuses compositions originales entre deux reprises (africanisées) de thèmes confirmés de Prince (Sometimes it Snows in April) ou de Stevie Wonder (Visions). A noter également sa relecture terminale et respectueuse de l’Eau à la bouche, que l’auteur, Serge Gainsbourg, grand amateur d’ambiances jazzy raffinées, aurait sans nul doute appréciée.

Par Serge LOUPIEN
— 27 novembre 2000

0 Comments
Share Post
No Comments

Post a Comment